Atalhos de Campo


22.4.15

A noite da Terra


(...)
Elle connaissait les sourires de cet homme, ses précautions d'amant, mais non, dans l'orage, ses divines colères. Elle le chargeait de tendres liens: de musique, d'amour, de fleurs; mais, à l'heure de chaque départ, ces liens, sans qu'il en parût souffrir, tombaient. 
(...)
Elle restait là. Elle regardait, triste, ces fleurs, ces livres, cette douceur, qui n'étaint pour lui qu'un fond de mer.
(...)
Saint-Éxupéry/ Vol de nuit

Sem comentários:

Enviar um comentário